Des itinéraires historiques, itinéraires du patrimoine en Languedoc-Roussillon

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Présentation

Les itinéraires sont sans doute vieux comme le monde… Le pèlerinage, qu’il soit religieux ou commémoratif est un comportement humain reconnu, en quelque sorte, et valorisé par l’industrie touristique partout dans le monde. Découvrir un ou plusieurs pays à travers une itinérance organisée, comme celle de la Route de la soie, par exemple, est une réelle motivation. La France comporte au niveau national un innombrable catalogue de Routes, circuits, itinéraires, dont le plus célèbre est sans doute celui qui mène à Saint Jacques de Compostelle qui passe par Narbonne, Foix en Languedoc-Roussillon.


Tous les offices de tourisme, mais aussi les Comités Départementaux du Tourisme, mentionnent dans leur offre ces circuits, qui ont gagné les productions comme le vin ou le fromage, mais aussi l’art contemporain (circuit PACA ; circuit du TRAM en Ile-de-France, route des vins en Languedoc Roussillon…).


L’idée de réseau est effectivement intéressante, car elle groupe une offre et donc un réseau de professionnels ainsi qu’une clientèle ciblée, celle de tel ou tel pèlerinage, les randonneurs ou “fanatiques” de thématiques très variées. Quant aux publics touristiques, pour lesquels le choix, en France est surabondant et donc difficile ; les touristes y voient une façon d’apprivoiser le paysage, en suivant un parcours ; d’autres de s’approprier plus facilement la culture et d’y entrer par une thématique définie, cernée, qui a déjà une cohérence et un sens, face à la profusion culturelle de toutes les régions.


La nécessaire “mise en tourisme” de l’offre culturelle en Languedoc-Roussillon

Si la profusion des thèmes et des objets de l’itinéraire étonne, avec l’ampleur de la recherche historique, esthétique, concernant chaque parcours, il faut pourtant constater que la valorisation de cette recherche est encore très imparfaite en France.

  1. Très peu de forfaits permettent de visiter en toute tranquillité et à moindre frais ces itinéraires. L’option incontournable du transport/hébergement/visite culturelle est rarement offerte aux visiteurs. Cela représenterait une bonne opportunité pourtant, voir par exemple, les itinéraires du petit train jaune dans les Pyrénées Orientales…Pourtant, lorsqu’ils viennent de très loin, cet avantage serait sans doute décisif pour leur motivation et pour choisir notre pays plutôt qu’un pays voisin.

  2. Une fois arrivé à destination (départ au point de l’itinéraire), même déception : le tourisme, pour les français, ne valorise pas un circuit par des offres particulières de services ou par la création de réseaux qui associeraient la culture à d’autres activités, à l’hébergement, au transport local, etc. Le « faire connaître », par un dépliant ou un site Internet, semble suffire, avec nombre d’ ouvrages ou de guides in situ, qui rendent compte de sa richesse historique, ethnologique ou artistique.

  3. Il nous semble que tous les projets de circuits en cours de construction, très nombreux aussi, n’envisagent pas cette partie décisive pour la réussite touristique que sont l’accueil, avec l’hébergement et la qualité de la visite, la commercialisation et la vente de produits.
    Pourtant, les retombées économiques des productions culturelles sont importantes et connues, faisant l’objet d’études (ARP de PACA ; Musée de Bilbao, études en Grande Bretagne, études du Conseil de l’Europe, de l’UNESCO, des structures européennes actuelles…) A un moment où l’effort des institutions culturelles doit porter sur la recherche de fonds propres plus importants, cette démarche semble incontournable pour développer et fidéliser les visiteurs (clientèle existante et potentielle).

  4. Mieux insérer la visite culturelle dans le continuum du séjour touristique peut aussi la désenclaver d’une autonomie qui, aujourd’hui, ne lui réussit pas : les publics traditionnels (CSP++, cadres moyens, supérieurs- voir l’étude sur les pratiques culturelles et l’effet générationnel sur le site du département des études, ou l’étude “Représentations et attentes du visiteur chinois en Languedoc-Roussillon” ) diminuent avec les mutations démographiques et il s’agit donc de renouveler la fréquentation.

  5. Les élus et les professionnels du tourisme sont à l’écoute des professionnels de la culture pour les aider, par leurs compétences, à mieux organiser l’offre culturelle.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »