Métaux lourds : comment s’en débarrasser ? (1)

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

L’intoxication aux métaux lourds, de plus en plus fréquente, se manifeste par une cohorte de pathologies en recrudescence.

Contrairement à la forme aigüe, l’intoxication chronique aux métaux lourds n’est pas reconnu en France. Elle est induite par une exposition continue à de faibles doses toxiques et n’est pas enseignée dans le cursus universitaire des médecins. Les instances officielles estiment qu’il existe un seuil de tolérance au-dessous duquel ce métal ne génère aucun trouble…

Le mercure

Le mercure est le métal non radioactif le plus redoutable pour notre santé. Les sources d’exposition au mercure sont nombreuses : piles, ampoules de basse consommation, désinfectants, purgatifs, diurétiques, gouttes auriculaires et oculaires, crématoriums, tatouages, certains poissons (thon, espadon…), pesticides… mais la plus grande source de contamination au mercure  reste incontestablement les amalgames dentaires, responsables de plus de 75% de la charge mercurielle de l’organisme (CEE 2005).

Ses effets sur notre santé sont difficilement imaginables. En pénétrant dans nos cellules le mercure bloque progressivement et insidieusement les métabolismes et les fonctions  de détoxication de l’organisme. La très grande affinité de ce métal pour les fonctions thiols des protéines explique sa puissante neurotoxicité.

L’aluminium

L’intoxication à l’aluminium (métal léger) survient  notamment par la consommation d’aliments en contact avec ce métal (casseroles, papillotes, canettes de boissons, boites de conserve) : plus les aliments sont acides, plus l’imprégnation par l’aluminium sera importante. Mais aussi celle de farines blanches, de lait maternisé industriel, de sel de table, de fromages industriels…par l’utilisation de nombreux antitranspirants, cosmétiques, laits corporels et dentifrices, à l’eau du robinet ou au contact de l’eau de piscine traitées par floculation avec des sels d’aluminium ou électrolyseur au sel .

La toxicité de ce métal léger a été officiellement reconnue en 1999 par l’AFSS et l’OMS

Le plomb

ce métal lourd est un toxique cumulatif qui s’introduit dans le corps parla bouche et les poumons. Le sol et l’air peuvent être contaminés à proximité des usines utilisant ou produisant du plomb (production d’acier, de laiton, d’automobiles…). ce toxique aujourd’hui proscrit des carburants reste présent dans les chaines alimentaires. Toutes les maisons construites avant 1960 peuvent contenir des peintures à base de céruse, très riches en plomb, jusqu’à 80%. Les récipients en céramique décorés aux sels de plomb peuvent imprégner les aliments, notamment les plus acides.  L’eau du robinet acheminée dans des canalisations en plomb entraine avec elle des particules de ce métal (selon son degré d’acidité). Certains cosmétiques (khôls, mascara…) contiennent aussi du plomb.

Le cadmium

Ce métal lourd provient essentiellement de l’air contaminé par les activités industrielles (métallurgie du zinc, du plomb…) et des activités agricoles avec l’utilisation d’engrais phosphatés riches en calcium et l’épandage de boues résiduelles dans les zones maraîchères. Le toxique est rapidement absorbé par les végétaux herbivores. Il s’introduit donc dans l’organisme par la voie alimentaire mais le tabagisme est également responsable de l’imprégnation. L’incinération de pneus ou de plastique, les produits de l mer, constituent aussi des sources d’exposition de ce métal .

à suivre…

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »